Interprète : Nicolas Legrand

Quand le soleil


Quand le soleil se fait rare par ici
Je pose un doigt sur un do ou un si
Je vole, je pars, je m'évade loin d'ici
Un doux bémol, un bécarre, un abri

Quand le soleil se fait rare par ici
Je pose un doigt sur un sol ou un mi
C'est un voyage, un décor, une envie
Sans maquillage, sans rien, sans bruit

Tout voit le jour, l'espoir, vouloir, la vie

Quand le soleil se fait rare par ici
Je pose un doigt sur un ré et ainsi
Je prends le temps de rêver dans la nuit
Je donne le la à cet ange endormi

Et vient le jour, l'aurore, le trésor, la vie

Encore une fois


Je viens te voir
Est-ce que tu dors ?
C'est moi
Dis-moi
Comment ça va ?
Non j'ai rien dit, enfin, excuse-moi
Je n'ai pas, je n'ai plus
Les mots qu'il faut dans ce cas

Je ne peux pas tenir ma promesse
Je ne peux que pâlir de faiblesse
Cette épreuve est trop dure, impensable
Et les mots qui rassurent, introuvables

J'ai fait, je crois, tout c'qu'on a dit
T'en fais pas
C'est bien comme ça
On n'avait pas le choix

J'aimerais pouvoir te dire simplement
Que tous nos souvenirs sont vivants
Les espoirs, les colères, je les garde
Tu seras ma lumière, ma sauvegarde

Je vais rester
Ne t'inquiète pas
Je suis là
Une vie s'en va encore une fois
Sans moi

Une vie s'en va encore une fois
Encore une fois

Dis-moi


Dis-moi des mots
Dis-moi la terre
Dis-moi de l'eau
Dis-moi de l'air

Dis-moi la couleur de demain
Est-ce qu'il y aura de la lumière ?
Est-ce que l'on prend le bon chemin ?
Est-ce que nos enfants seront fiers ?

Dis-moi le vent
Dis-moi le miel
Dis-moi le temps
Dis-moi le ciel

Dis-moi la chaleur de l'humain
Serons-nous toujours sur la terre ?
Est-ce qu'on cueillera le même raisin ?
Est-ce que couleront les rivières ?

Dis-moi pourquoi j'ai comme un doute dans la tête

Dis-moi le feu
Dis-moi le sang
Dis-moi l'enjeu
Dis-moi comment

Dis-moi le visage de demain
Saurons-nous être solidaires ?
Est-ce que jailliront les parfums
D'un nouveau monde, une nouvelle ère ?

Dis-moi pourquoi j'ai comme un doute dans la tête
Dis-moi pourquoi j'ai comme un doute qui m'entête

Tout près de toi


Un verre d'alcool sur le comptoir
Il est déjà plus ou moins tard
Ca aurait dû être une soirée
D'une insouciante banalité

Ca commence toujours de la même façon
Avec les meilleures intentions
Puis la passion prend des détours
Nous laisse en plan, fait demi-tour

Mais... Il est entré comme dans un rêve
Il s'est assis tout près de toi
Tu n'en reviens pas
Le temps s'est arrêté dans la fièvre
De cet instant que tu n'oublies pas
Lui assi tout près de toi
Tout près de toi

Quelques images en souvenir
T'avais déjà vu son sourire
Une lueur indescriptible
Un doux mirage inaccessible

Un geste, un regard, un soupir
T'avais mis du temps à choisir
Ca s'était fait naturellement
Les mots sont venus simplement

Il est resté comme dans un rêve
Toujours assis tout près de toi
Hummm près de toi

Il est sorti même de ton rêve
Il s'est enfui très loin de toi
Tu n'en reviens pas
Le temps s'est arrêté dans la fièvre
De cet instant que tu n'oublies pas
Lui assis tout près de toi
Tout près de toi

T'avais espéré qu'avec le temps
Ce souvenir serait plaisant
Mais il s'acharne à t'émouvoir
Comme ce verre vide sans le savoir

Un verre d'alcool sur le comptoir
Il est déjà plus ou moins tard

Crédits

crédits